e-volutio banniere


Différence entre Connaissance et Savoir

connaissance-savoir

Vous avez peut-être vécu cette situation embarrassante : vous croisez une personne que vous connaissez, mais l’ennui c’est que vous ne savez plus son prénom. Il faut absolument qu’il vous revienne rapidement à l’esprit, car cette personne est en face de vous et ça vous embêterez qu’elle se vexe…

On peut connaître sans savoir

Vous connaissez pourtant son fichu nom, il est quelque part dans votre mémoire, dans votre monde intérieur. Après quelques secondes, minutes, heures, voir même plusieurs jours, c’est l’illumination : enfin vous savez !

Parfois il est déjà trop tard, mais vous voilà rassuré(e) : « je savais bien que je connaissais son nom ! ».

Savoir quelque chose, c’est pouvoir l’extravertir

On peut dire que savoir, c’est pouvoir extravertir ses connaissances dans un but précis. Par exemple, vous savez marcher, pédaler sur un vélo ou conduire une voiture, afin de vous déplacer où vous le souhaitez. Vous savez où trouver à manger, pour ne pas mourir de faim et éventuellement faire plaisir à vos papilles.

Dans le langage courant, « savoir » est souvent lié à l’action. On peut parler de « savoir-faire », mais pas de « connaissance-faire ». Savoir, c’est pouvoir concrétiser quelque chose dans le monde réel. Comme ce nom ou ce mot que vous avez sur le bout de la langue mais qu’il vous est impossible de sortir à l’oral. Vous ne savez plus, mais vous connaissez.

A contrario, « connaître » fait plutôt référence à quelque chose d’introverti, de caché à l’intérieur de vous. Un enfant peut affirmer autant qu’il veut à son professeur qu’il connaît ses tables de multiplication, s’il refuse de lui réciter il aura un zéro pointé.

difference-connaissance-savoir-tables-multiplication

La connaissance est subjective, le savoir est objectif

Imaginez une classe avec des élèves et un professeur. Le professeur s’exprime dans le but de transmettre ses connaissances aux élèves, et ces derniers sont sensés écouter.

Vous visualiser la scène ? OK. Ma question est la suivante : pensez-vous que tous les élèves comprennent et apprennent les mêmes choses ?

Naturellement, vous allez me répondre « non » car vous avez observé que dans une classe, il y en a qui écoutent attentivement, d’autres qui écoutent coussi-coussa, et d’autres qui n’écoutent absolument pas.

On va faire une petite expérience de pensée. Imaginez cette situation.

Afin de terminer correctement son cours, le professeur fait appel aux services d’un hypnotiseur. Cet hypnotiseur hypnotise tous les élèves et leur ordonne d’écouter attentivement ce que le professeur raconte.

Dans ces conditions, je repose ma question : pensez-vous que tous les élèves vont faire les mêmes connexions dans leur cerveau ?

A tout le monde le Savoir, à chacun sa Connaissance

Je ne sais pas si c’est possible de vérifier concrètement le résultat de cette expérience de pensée, mais je vous parie tout ce que vous voulez que les cerveaux des élèves ne vont pas se modifier exactement de la même manière.

La raison est évidente : tous ne partent pas avec les mêmes « conditions initiales ». Il est fort possible par exemple que le professeur prononce un mot qui est connu par certains élèves mais pas par d’autres. Ceux qui connaissent ce mot vont comprendre, et les autres vont rester bloqués.

Et quand bien même, ils ont forcément un vécu différent qui leur fera remonter des informations différentes en réaction à ce mot. Par exemple, est-ce que le mot « eau » vous fait d’abord penser à la couleur « bleu » ? Au bruit d’un ruisseau ? Au bruit des vagues ? A votre dernière baignade ? A votre dernière douche ?

Conclusion de cette expérience de pensée: à partir d’une même information – exemple : le savoir procuré par le professeur – chacun(e) fait évoluer sa connaissance différemment.

difference-connaissance-savoir-prof

Le mot de la fin

D’un côté il y a le savoir. Cela peut être un héritage culturel, comme le savoir scientifique. C’est en tout cas quelque chose d’admis par un grand nombre de personnes.

Et d’un autre côté il y a la manière dont vous vous appropriez vous-même ce savoir. Par exemple, si votre nouveau voisin vous dit qu’il s’appelle « Tim », vous pouvez par exemple vous répéter le son de son prénom jusqu’à ce qu’il soit gravé dans votre mémoire.

Mais peut-être que votre voisin de droite s’est rappelé d’un autre Tim qu’il connaissait déjà et qu’il l’a rangé dans la même case. Peut-être aussi que celui d’en face a pensé à l’équipe de France de football (« équipe » se dit « team » en anglais). Au final dans cet exemple, tout le voisinage sait que le nouveau venu s’appelle Tim, mais chacun connait son nom différemment.

Le savoir, c’est souvent quelque chose d’abstrait. Mais la connaissance, c’est toujours quelque chose de concret : des images, des sons, des situations, des émotions, etc


Cet article en vidéo

Lien Youtube

Cet article en audio


Suggestions




Retour Menu Articles