e-volutio banniere


Challenge stoppé = challenge loupé ?

Challenge défi

Il y a environ un an, je me suis lancé un défi: publier un article tous les 10 jours pendant un an. Ai-je réussi? Non. Suis-je déçu? Un peu. Suis-je fier? Un peu.

Est-ce que je me serais lancé ce challenge si j'avais su que les circonstances m'auraient fait abandonner 10 mois plus tard ? Oui absolument! Je m'explique...

Pourquoi je me suis lancé ce challenge?

La raison principale, c’est que je voulais faire avancer mon blog. L’ennui, c'est que je suis du genre à me la couler douce si je ne sens pas de réelle contrainte.

confort

Dans le cadre de mon travail d’ingénieur, c’est simple: la contrainte m’est fixée par mon chef ou mon client. La source de ma motivation vient du fait que je veux leur apporter satisfaction, ce qui m’apporte ensuite satisfaction. Elle vient aussi du côté obscure de la force: si je n’assure pas, je vais me faire remonter les bretelles.

Dans le cadre de mon blog « e-volutio.fr », que j’aime désigner comme étant « mon travail de cœur », c’est plus compliqué. Car je n’en ai pas besoin pour payer mon loyer et faire mes courses, et je n’ai aucun comptes à rendre. Si je publie un article, tant mieux cela fera peut-être quelques heureux(se). Si je n’en publie pas, personne ne viendra se plaindre.

Mais il y a tout de même quelque chose de désagréable qui se produit si je ne publie rien : je me sens triste et en manque d’énergie. Parfois même, je me mets en colère pour des choses absurdes. En fait, je me suis rendu compte récemment que j’ai besoin de cette activité créative pour me sentir bien dans mon quotidien. Cela suffi à me motiver désormais.

L’ennui, c'est que je n'avais pas conscience de cela il y a un an. Alors le meilleur moyen que j'ai trouvé, c’est de me lancer ce défi : un article tous les 10 jours pendant un an. Cela représente tout de même 36 articles.

Pourquoi je n’ai pas réussi ce défi?

Parce que mes priorités ont changés.

Il y a d'abord eu mon changement de société, qui m'a valu une période d'essais de 4 mois. Pendant cette période, du mois d’août au mois de Novembre 2019, je me suis beaucoup investi dans mon nouveau job d'ingénieur. Car comme son nom l'indique, une période d'essais peut aboutir à une fin de contrat, il fallait absolument que je fasse mes preuves. J'ai donc fait beaucoup d'heures pour me mettre à niveau et tenir au mieux le « quality on time » de l'activité que l'on m'avait confiée (« quality on time » = « de qualité et livré à la date prévue »).

Il y a eu ensuite un loupé. Pendant 10 mois j'ai publié tous les 07, 17 et 27 de chaque mois. Or il s'est trouvé que le 17 Août 2019 j'avais un mariage de prévu. Je vous passe les détails, le résultat c'est que je n'ai pas trouvé le temps de publié ce jour là. Ma routine de publication était brisée.

oups

Il y a eu finalement une grosse remise en question sur le sens que je donnais à mon blog. J'ai senti le besoin de prendre du recul en mettant de côté cette activité.

J'avais déjà plusieurs articles prêts à être publiés, je crois qu'il m'en restait 3 à produire pour réussir mon défi. Mais le simple fait d'y penser coupait totalement mon envie de m'y mettre, je voyais cela comme une corvée - ce qui est tout à fait contre-créatif.

J'ai donc décidé de m'octroyer quelques semaines de sérénité en diminuant ma fréquence de publication à un article par mois. Ce qui est dommage, c'est que je n'ai pas pu bénéficier du « shoot »de joie, de fierté et de confiance en moi que j'aurais pu obtenir si j'avais respecté mon engagement vis à vis de moi même. Ça, je l'ai réalisé après coup...

Pourquoi je me serais tout de même lancé ce défi en sachant que j'allais abandonner 10mois plus tard ?

Pour la bonne et simple raison que je n'aurais pas accomplis autant de choses. Cela m'a motivé à consacrer quotidiennement du temps à cette quête, en actions et en réflexions. Je me suis confronté chaque jour à mon "moi fainéant" (il est du genre très coriace!).

bras de fer

Cela m'a forcé à trouver des idées d'article et à les concrétiser sur écran. Naturellement, j'attends d'être inspiré pour écrire. Mais en fait, j'ai découvert que l'inspiration peut aussi être déclenchée par l'écriture elle-même.

Aussi et surtout, mon défi incluait également l'enregistrement d'une version vidéo pour chaque article, et la publication de celles-ci sur Youtube. Cela m'a donné l’opportunité de prendre conscience de la manière dont je parlais. Et si je compare mes premières vidéos avec mes dernières, je trouve que ma voix s'est améliorée. Il y a un an c'était vraiment la catastrophe, maintenant ça l'est un peu moins. Ma capacité à mieux communiquer me sert chaque jour, personnellement et professionnellement.

Finalement, l'intérêt de ce défi, c'était de me forcer à réfléchir et produire régulièrement. Car pour gagner en efficacité, il n'y a rien de mieux que la régularité.

Challenge stoppé = challenge loupé ?

On ne va pas se voiler la face, la réponse objective est oui. Si vous vous lancez un challenge, c'est pour le réussir, c'est le principe même d'un challenge. Pour ma part, ce défi que je me suis fixé, je n'ai pas d’autre choix que d'affirmer que je l'ai loupé. C'est un manque à gagner en termes de joie d'accomplissement et de confiance en moi.

échec

Mais qu'en est-il si on s’intéresse à autre chose que cette conclusion binaire « réussite / échec » ? Qu'en est-il des réflexions et des actions qui ont émergées grâce à l'existence de ce défi ? Je pense que dans tout défi qui a été sérieusement initié, il y a toujours des effets bénéfiques à récolter.

Dans mon cas, cela a boosté ma production d'articles et de vidéo, et cela m'a permis de m'améliorer sur un point qui me fait grandement défaut, à savoir ma capacité à m'exprimer en utilisant ma voix.

Si par exemple vous vous fixez comme objectif de courir un Triathlon dans 6 mois et que vous abandonnez au mois de 3 mois d’entraînement régulier, vous aurez tout de même gagné 3 mois d’entraînement régulier. C'est un boost non négligeable pour votre santé et votre forme.

Quel défi pourriez-vous vous lancer pour cette année ?

Nous sommes toujours au mois de Janvier. Si vous êtes adepte des bonnes résolutions, c'est le moment d'y réfléchir et de les formuler. Évidement il n'y a pas qu'à la nouvelle année que vous pouvez vous fixer des défis. Mais si c'est aussi répandu c'est qu'il y a une bonne raison : la symbolique.

Il est plus facile de commencer un défi lorsque vous l'associez à un symbole. Si vous êtes contre les « résolutions de la nouvelle année », vous pouvez choisir un autre moment plus propice. Ce moment où vous sentirez les braises du feu sacré pétiller au fond de vous. N'attendez pas trop longtemps avant de l'attiser, saisissez le pendant qu'il pointe le bout de son nez.

boxe femme

Il y a aussi la solution de ramasser des brindilles et de l'allumer vous même. Cela demande plus de détermination et d'autodiscipline, mais c'est tout aussi puissant. Le symbole qui fera écho en vous sera votre force d'esprit, votre volonté d'acier, votre capacité à vous mettre vous-même en mouvement grâce à une simple décision.

Vous n'osez pas vous lancer car vous avez peur d'échouer ?

Lorsqu'on parle de challenge, cela touche généralement à quelque chose qui est important pour vous. Peut-être avez-vous une idée de ce que vous aimeriez bien accomplir dans un futur plus ou moins proche ? Peut-être avez-vous déjà en tête une idée de défi ?

Si c'est le cas, lisez attentivement ce qui va suivre.

Quel est le pire concernant cette chose que vous considérez comme importante ? « Ne rien faire »  ou bien « se bouger les fesses mais échouer quand même »?

tristesse

Il n'y a pas besoin d'étaler votre défi sur un an. Évidement, plus vous agissez sur une durée prolongée, et plus le mérite que vous ressentirez sera important. Mais ne faites pas l'erreur de vous fixer un objectif inatteignable - quelques mois, quelques semaines voir même quelques jours, c'est OK. Vous pouvez même décomposer votre défi en plusieurs défis plus petits.

Il ne s'agit pas de vous lancer délibérément dans un but que vous savez perdu d'avance. Ne faites surtout pas cela, car cela va plomber votre confiance en vous. Vous pouvez par exemple utiliser la méthode SMART pour vous assurer que votre objectif tient la route.

Il ne s'agit pas non plus de rester paralysé(e) car vous n'osez pas vous lancer. Au pire vous aurez avancé, et vous pourrez analyser les raisons qui vous ont fait abandonner. Afin de maximiser vos chances de réussir la prochaine fois.

L’échec n'est qu'une étape parmi d'autres, au même titre qu'une réussite. C'est une étape qui est simplement un peu moins agréable à vivre qu'une réussite. Mais comme on dit, « on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs ».

Si vous le sentez bien, challengez-vous, lancez-vous et croyez dur comme fer en votre capacité à réussir. Il vaut mieux essayer que de regretter.

montagne


Cet article en audio