e-volutio banniere


5 raisons de procrastiner

procrastiner

Le titre de cet article peut vous laisser penser que je vais vous fournir quelques bonnes raisons de procrastiner. En fait, vous ne trouverez ici aucun prétexte valable pour vous adonner à cette pratique. Ce que je vais partager avec vous, ce sont ces 5 raisons qui vous y mènent.

Ce sont celles qui me semblent les plus importantes et les plus fréquentes. Avec ça, vous devriez être capable de vous souvenir de quelques situations où vous avez choisi de procrastiner, et de mieux comprendre ce qui vous pousse à le faire.

C’est quoi la procrastination d’abord ?

La procrastination consiste à ne pas agir tout de suite. Car l’action en question pourrait potentiellement, sûrement ou certainement, vous faire vivre un moment désagréable.

Vous choisissez d’éviter de vivre ce mauvais moment tout de suite. Vous choisissez de le vivre plus tard. Lorsque vous vous apprêtez à procrastiner, il y a toujours ces deux possibilités qui s’offrent à vous :

procrastiner

Vous l’aurez compris, vous procrastinez si vous choisissez la première. Ceci est bénéfique à court terme, mais cela vous porte préjudice ensuite.

Je ne vais pas rentrer davantage dans les détails, car je l’ai déjà fait dans cet article : Pourquoi vous procrastinez

Raison1 : La peur

procrastiner

Peur de l’échec. Exemple : il y a ce recruteur que vous devez rappeler pour un job. Cet appel va conditionner sa décision, donc il ne faut pas vous louper.

Peur de ne pas faire assez bien. Exemple : il y a ce livre que vous souhaitez écrire depuis plusieurs années. Vous y pensez régulièrement. Dans votre tête, ce livre est parfait. Vous seriez extrêmement déçu(e) de ne pas réussir à retranscrire cette perfection sur le papier.

Peur de l’inconnu, du changement, de l’incertitude, de la réussite (et oui !), d’être jugé(e), …

La peur fait réagir vos instincts primaires, qui cherchent naturellement à vous faire éviter ce genre de situation. Mais parfois, vous ne pouvez que les repousser.

Raison2 : L’aversion

procrastiner

L’aversion, c’est autre chose que la peur. La peur, c’est une question de survie, d’intégrité physique et psychique. Elle vous alerte des dangers. L’aversion, c’est une question de gout, ou d’affection. C’est le fait de ne pas aimer quelque chose, quelqu’un, ou faire quelque chose.

Vous pouvez avoir une aversion pour la vaisselle ou les tâches administratives par exemple. Ou bien pour exprimer vos sentiments, participer à une conversation superficielle ou entendre raller les autres.

Vous ne risquez pas grand-chose si vous vivez ce genre de situation. Mais de votre point de vu, vous passerez un mauvais moment, un moment désagréable. C’est pourquoi vous cherchez à l’éviter. Mais parfois, vous ne pouvez que le repousser.

Raison3 : La paresse

procrastiner

La paresse, connue dans sa forme la plus extrême sous le nom de « flème », diminutif de « flemmardise »,

Je n’avais pas songé à cette raison, c’est ma copine qui me la suggérée. Elle m’a sortie l’exemple des Smartbox. Une de ses copines lui en a offert une qu’elle n’a toujours pas utilisée, car elle a la flème de faire les démarches de réservation. D’ailleurs ça me fait penser qu’il faut que je prolonge celle qu’elle m’a elle-même offerte il y a deux ans…

Je mettais la flème dans la catégorie de l’aversion, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. Le caractère « désagréable » est plus beaucoup plus faible que pour l’aversion. Je dirais que cela concerne souvent les actions qui ne sont pas urgentes. On se dit qu’on a le temps, et par manque d’énergie, on remet à plus tard. Il arrive finalement ce moment où le temps arrive à échéance, et où il faut se faire violence.

Raison4 : La préférence

procrastiner

D’un côté il y a cette montagne de vaisselle, et d’un autre il y a votre TV, ou votre ordinateur, ou votre ami(e) qui vous propose de sortir. Naturellement, vous avez tendance à maximiser votre plaisir à court terme.

Faire la vaisselle alors qu’il y a cette autre activité qui vous ferait vibrer ? Il y a ce "déplaisir", ce sentiment de manque à gagner, que vous allez devoir endurer si vous choisissez l’option la moins folichonne. Vous cherchez donc naturellement à l’éviter. Mais parfois, vous ne pouvez que la repousser.

Raison5 : Le manque de confiance en soi

procrastiner

Le manque de confiance en soi est redoutable. Pourquoi entreprendre quelque chose que vous êtes persuadé(e) d’échouer ?

Cela peut être dans un domaine en particulier. Par exemple, si vous commencez un nouveau job, il est normal que vous manquiez d’assurance. Vous aurez naturellement tendance à privilégier les taches les plus faciles, et mettre de côté les plus compliquées.

Ou bien cela peut être d’une manière généralisée. Dans ce cas, cela peut dénoter un manque d’estime de soi. Quelque chose à ne surtout pas laisser trainer, mais ça c’est un autre sujet.

Le mot de la fin

Finalement, ces cinq causes de la procrastination peuvent se résumer en une seule : la décision d’éviter une situation négative à court terme.

Mais il y a certaines choses que vous ne pouvez tout simplement pas effacer de votre « to do liste ». Alors vous les laisser inscrites, pour vous rappeler qu’elles existent, et que vous devrez vous y coller un jour.

Et pendant tout ce temps, ces choses vous encombrent l’esprit. Elles génèrent même des ondes négatives. Du stress, de la culpabilité, ou de l’anticipation, entre autres. C’est comme si un ressort vous reliait à cette action que vous repoussez. Plus vous l’éloignez, plus de la tension s’accumule.

J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre ce qui vous pousse à procrastiner. Car si vous en prenez conscience, vous serez plus à même de déterminer comment vous pouvez vous en prémunir.


Cet article en vidéo

Lien Youtube

Cet article en audio


Suggestions




Retour Menu Articles